A la longue, on s'habitue à tout ce qu'on voit ici. Et pourtant, certaines scènes nous paraîssent bien singulières lorsqu'on les vit pour la première fois.

Exemple d'aujourd'hui : la sortie de crèche. Les rideaux en sont complètement fermés, ces petits sont bien protégés des regards extérieurs ! Une foule est agglutinée devant la porte en attendant l'ouverture. De qui s'agit-il ? plein de papis et mamies ! Preuve que les grands-parents habitent bien chez leurs enfants et prennent soin des plus jeunes pendant que les autres vont au travail.

Le jardin de la crèche :                                         Eh oui, il faut bien l'astiquer cette pelouse synthétique !

Camera_20120214_160201Camera_20120214_160217

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre exemple : des gens qui sont en pyjama dehors à 16h. Rien que tout à l'heure j'en ai vu trois. Confortable, j'm'y mettrai bien aussi, moi ! Non, je n'irai pas jusque là, même si ma gastro du moment m'incite au cocooning. J'ai déjà tenté les chaussettes visibles qui dépassent des bottes par-dessus les collants, qui m'a valu de mon cher, dans l'ascenseur "c'est quoi ces fringues ???"  "j'étais pressée" ai-je répondu  "et de toute façon ici personne ne fait attention à ce que tu mets". Oui, ici pas de jugement de valeur, du moins sur nos vêtements, ce qui est bien agréable. Il n'y a que nous qui nous faisons des commentaires (n'est-ce pas Géraldine ? je te rappelle qd même qu'il est grand temps que tu investisses pour tes pieds...heureusement que Marianne arrive en mars pour que tu lui montres les bonnes adrsses...). Mais des regards on en a beaucoup tout de même, avec nos trombines d'européens, et avec nos familles nombreuses !

Dernier exemple : les mitraillettes matinales. L'autre jour encore, j'ai dû passer entre, pas le choix. Chaque jour, nous passons près des convois qui récupèrent les fonds des banques, à chaque fois, deux gardes avec mitraillettes pointées au niveau des genoux des gens, en général je contourne, surtout en emmenant Marie à l'école, mais ce jour-là, pas possible, sur le trottoir étroit, j'ai croisé les doigts et pris mes jambes à mon cou !!!