Notre escapade asiatique

06 octobre 2017

Ascension du volcan Egon

Départ 7h30 le matin, avant les grosses chaleurs, pour une balade sportive d'une demi-journée qui s'est en fait avérée plus longue que prévue !

Le circuit démarre facilement, en forêt,

IMG_9595

en montant nous commençons à avoir de jolies vues,

IMG_9590

mais peu à peu la promenade se corse, les pierres se font de plus en plus nombreuses,

IMG_9596

la pente de plus en plus raide,

IMG_9603

IMG_9606

le sable fait glisser les cailloux sous nos pieds et le soleil nous accable de ses rayons...

IMG_9607

Et enfin, au bout de trois heures, bien fatigués, nous arrivons au sommet !

IMG_9614IMG_9617 

IMG_9626

IMG_9624IMG_9619

Il fait un peu plus frais là-haut, cela fait du bien, mais il faut prendre garde aux pierres dont certaines sont très chaudes. Quelle odeur de souffre !

IMG_9613

Après avoir collecté quelques éléments naturels et pris quelques clichés, nous continuons notre route mais en descente cette fois.

Mince, le guide nous fait faire demi-tour, on ne comprend pas pourquoi, il passe quelques coups de fils, on pense que la météo est mauvaise là où il voulait aller pour le retour. Il faut tout recommencer en sens inverse ! Et Jérôme commence à vraiment avoir le vertige, il ne peut plus avancer,  s'assoit, puis reprend sa route tant bien que mal.

IMG_9632IMG_9631 

IMG_9637IMG_9634

Eh bien vous me croirez ou non mais la descente fut quasiment plus dure que la montée, et en tout cas tout aussi longue ; nous sommes rentrés exténués avec les jambes littéralement en compote ! On pourra dire que notre "active rest day" (jour de repos actif de K2FIT) aura été top ! Epuisés les Monnot ! Mais contents d'avoir relevé le défi !

IMG_9639IMG_9647

Et bravo à notre "petite" Marie qui nous a suivis durant ces 6 heures de randonnée !

Posté par cecile monnot à 08:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]


05 octobre 2017

Fabrication de vêtements traditionnels indonésiens

A tous les coins de rue, les femmes portent le vêtement traditionnel, les hommes aussi parfois.

Nous sommes donc allés visiter deux villages où a lieu la confection de ces habits.

Pour le premier, à Sanggar Budaya, nous avons été déçus. Certes, les tissus étaient beaux, mais les villageois n'étaient pas très aimables, on sentait que l'activité prenait un peu trop une allure touristique, qu'il était recommandé de ne pas quitter les lieux sans dépenser un sou...

IMG_8942IMG_8940

Les femmes ne parlaient pas du tout anglais, seul un homme plus aimable qu'elles a pu nous donner quelques explications.

IMG_8949

Ceci dit j'étais habillée en sportive (c'est-à-dire en short et tee-shirt sans manches) et ma tenue n'a peut-être pas été appréciée - dans certains endroits en effet il est de rigueur que les femmes se couvrent les épaules et les jambes.

IMG_8947IMG_8952

Nous n'avons pas pu visiter le village lui-même et sommes repartis après avoir finalement pris un vêtement pour moi, des bracelets pour Marie.

IMG_8938IMG_8937

Le lendemain, nous avons pris la route pour visiter Maumère et ses environs. 

Le chauffeur nous a emmenés dans un autre village similaire, Tenun Ikat Lepo Lorun ; cette fois-ci nous avons été nettement mieux accueillis.

Nous avons commencé par voir une petite maison traditionnelle,

IMG_9490IMG_9486

IMG_9485IMG_9487

puis les cacaotiers du jardin,

IMG_9483

IMG_9498

IMG_9501IMG_9502

la maitresse des lieux parlait bien anglais et nous a servis du café et un "snack", des espèces de patates douces que nous avons poliment goûtés... j'aurais préféré une salade de fruits mais bon...

IMG_9495

Ensuite nous avons eu de nouveau les explications du processus de fabrication des vêtements.

IMG_9505IMG_9509

IMG_9513IMG_9518

Pour une pièce, il faut compter deux mois et demi de travail, pas trop intensif, mais tout de même 7 jours sur 7.

IMG_9504IMG_9508

IMG_9521IMG_9526

Pour finir, nous avons eu droit à un chant et une danse traditionnels, sympa !

IMG_9536

Et nous sommes repartis avec une jupe trop serrée pour moi (faut bien se motiver pour suivre le programme K2FIT que je commence à détester eh eh...), le petit sac assorti, et un sac pour Marie.

Posté par cecile monnot à 15:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 octobre 2017

Ile de Flores, Indonésie

Pour les vacances de la fête de la Lune, nous sommes retournés en Indonésie ; après Bali et Lombok, cap sur Flores, une grande île située tout à l'est du pays.

IMG_8568

Le voyage aura duré un peu longtemps pour nous y rendre - quand on s'y prend à la dernière minute, soit on paie très très cher, soit on ne fait pas les malins et on cherche bien pour trouver des vols à prix raisonnables... Après trois vols (Guangzhou/Kuala Lumpur, Kuala Lumpur/Bali, Bali/Ende) dont le deuxième en retard et le troisième eu en faisant un sprint dans l'aéroport, en doublant tout le monde et en échappant même à un contrôle de sécurité, nous atterrissons enfin à Ende, au sud de Flores.

carte-de-flores

IMG_8440

IMG_8437IMG_8435

Tout petit aéroport local, zéro touriste ou presque (beaucoup de locaux).

IMG_8426IMG_8432

Un chauffeur vient nous chercher, et c'est reparti, 4 heures de route avec virages non stop nous attendent, sur des routes de montagne escarpées, la nuit tombe, le brouillard s'installe, le chauffeur est fatigué... bien contents d'arriver à notre hôtel ! situé au nord de l'île, à Maumère.

IMG_8956

Le propriétaire nous accueille, un petit dîner et puis un gros dodo suite à la nuit blanche qu'on vient de passer dans les aéroports.

IMG_8446

Le lendemain, au réveil, nous découvrons notre environnement, sous un beau soleil. La plage est à quelques mètres du bungalow.

IMG_8453IMG_8469

IMG_8488

IMG_8456IMG_8459

Nous goûtons à la cuisine locale préparée par le personnel. Il n'y a pas de restaurants alentours, heureusement qu'ils font de la très bonne cuisine ici.

IMG_9459IMG_8549

Nous avons choisi un bungalow familial, il s'agit en fait d'une petite maison, chambre de Marie à gauche, la nôtre à droite,

IMG_8492IMG_8536

IMG_8537IMG_8551

grand salon au milieu, en plein air, comme c'était le cas à Bali.

IMG_8540

IMG_8545IMG_8538

Fin du reportage pour cette fois-ci, cela fait trois jours que je rédige cet article, mais la wifi ne suit pas, alors on va y aller tranquillement...

Posté par cecile monnot à 10:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 septembre 2017

Tea Party / Cantonese Dinner

Samedi, nous avons été invités par Li et Mario, des amis de Jean Marc que nous cotoyons régulièrement au Friday Dinner. Mario est un ancien ambassadeur d'Argentine, et Li, sa femme, une chinoise journaliste qui écrit des livres pour enfants. Cela faisait un moment que Li nous faisait part de son souhait de nous inviter, car elle nous pose beaucoup de questions sur notre intégration dans le pays et notre ouverture culturelle.

C'est chose faite, et ce fut ma foi très intéressant ! Ils nous ont préparé à domicile une vraie cérémonie du thé, qui a commencé par quelques exercices de calligraphie.

IMG_8313

IMG_8311

C'est Marie qui s'est avérée la plus douée pour écrire son prénom chinois. Les cours du mercredi après-midi ont porté leurs fruits !

Ensuite, une petite démonstration sur la façon de servir le thé, impressionnant. J'ai pour la première fois appris que la disposition des tasses avait une grande importance, car elle laissait véhiculer des messages non verbaux (par exemple, une personne qui a besoin d'aide dans sa vie ne le dira pas directement, elle disposera les tasses d'une certaine manière, et, selon la réaction de son convive, qui boira ou videra son thé sous le plateau, elle comprendra si celui-ci est prêt à l'aider, et de quelle manière...)

IMG_8329

IMG_8322

IMG_8321

IMG_8315IMG_8319

Ensuite, ce fut à notre tour de servir le thé, sans oublier aucune étape !

IMG_8331

IMG_8323IMG_8334

Nous avons terminé cette journée par un repas cantonnais préparé par Li et son amie, pas trop au goût de Marie qui n'a rien mangé (ceci dit elle avait le ventre plein de noisettes, cacahuètes, amandes et cerises...). Nous, nous avons bien aimé, même si nous n'avons pas l'habitude de ce genre de plats.

IMG_8342

IMG_8343IMG_8344

IMG_8348

Dimanche, pique-nique à l'école, sous un beau soleil mais avec la chaleur qui va avec. Je n'ai pris qu'un seul petit four sur cette jolie table ! Je me suis même surprise moi-même d'avoir si peu de mal à résister à toutes ces bonnes choses...

IMG_8353IMG_8351

C'est parce que je devais prendre mes mensurations le soir même ah ah !

IMG_8357

Posté par cecile monnot à 16:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 septembre 2017

K2FIT, c'est parti !

Nous voilà inscrits Jéjé et moi depuis lundi au challenge "K2FIT Ultimate you" supervisé par la coach Kara.

IMG_8268

Un challenge de 10 semaines qui réunit des dizaines (ou centaines ?) de compétiteurs à profils variés, et donc à objectifs divers : perdre du poids, renforcer sa musculature, manger mieux... 

[qui dit challenge dit vainqueurs au bout des 10 semaines... personnellement on ne concourt pas pour gagner mais pour notre bien-être personnel ; de toute façon quand on voit les autres - déjà super bien taillés pour la plupart !!! - on sait qu'on a aucune chance, mais pas grave !]

IMG_8269

Les entrainements ont lieu soit en salle, soit à domicile, 3/4/5 fois par semaine selon le niveau de chacun ; certains forment des équipes, d'autres concourent seuls, d'autres le font en couple (comme nous deux). La plupart habitent Guangzhou, mais quelques-uns sont ailleurs en Chine voire en Europe, vu qu'on peut tout faire chez soi.

Avant de démarrer, photos obligatoires, prise de poids, mesures (oups ça j'ai pas encore fait).

IMG_8245

IMG_8243

Chaque vendredi, on reçoit par mail le menu de la semaine à venir, quelques recettes, et j'avoue que c'est vraiment bien 1) ça m'évite de me prendre la tête à me demander "qu'est-ce qu'on mange ce soir ?"  2) j'ai plus de plaisir à faire mes courses  3) on mange plus souvent (5 fois par jour) donc assez peu à chaque fois  4) on mange mieux.

IMG_8271IMG_8273

Avec les menus, bien-sûr, les entrainements, et ça c'est nettement moins drôle. Pour nous débutants c'est lundi mercredi vendredi - sauf qu'on décale la séance au samedi - les autres jours, il faut bouger tout de même, pour moi c'est running, pour Jéjé c'est running et badminton quatre à cinq fois par semaine.

Et on reçoit des petites surprises par WeChat et par mail, c'est-à-dire un entrainement supplémentaire qu'on n'avait pas du tout programmé... déjà que je suis morte je ne sais pas comment je vais faire !

On a à peu près suivi les menus dans l'ensemble. Mais le vendredi soir ça ne sera vraiment pas possible ! Ceci dit on a quartier libre, ouf...

IMG_8301

IMG_8305IMG_8306

Allez je retourne à mon tapis !!!

Posté par cecile monnot à 04:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]


20 septembre 2017

Week-end à Hong Kong

Le week-end dernier, direction HK, pour voir le fiston.

IMG_8162

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au programme, trekking le samedi, marche et shopping le dimanche.

Nous avons suivi le circuit "Dragon back" (dos du dragon) sous un soleil de plomb

IMG_8166

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

au sud-est de l'île principale de Hong Kong (Hong Kong Island).

FullSizeRender 2

FullSizeRender 3

FullSizeRender 4

 

 

 

 

Très jolie balade sur des sentiers de randonnée qui montent et descendent légèrement, faisant effectivement penser à un dos de dragon,

IMG_8195

IMG_8169

IMG_8197

 

 

 

 

 

 

 

 

et une très belle vue sur la mer depuis les hauteurs, avec en contrebas le village de Shek-O.

IMG_8184

IMG_8175

IMG_8181

IMG_8179

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soir nous avons trouvé par hasard un petit bistrot français bien sympathique.

IMG_8221

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_8215

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_8216

IMG_8223

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche, encore de la marche mais cette fois-ci en ville, un peu de shopping (produits français plus faciles à trouver là-bas), passage par un joli petit temple, et de la marche, encore de la marche, avec la même chaleur.

IMG_8235

IMG_8234

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a bien sué en deux jours !

IMG_8211

IMG_8207

 

 

 

 

 

 

 

 

Du coup pas besoin de faire mon running !

Mais on s'est mis au fitness le lendemain...

En tout cas cette belle balade nous a donné envie de découvrir d'autres trekkings de la région, car, il ne faut pas l'oublier, Hong Kong ce n'est pas que du béton, c'est avant tout un paysage plutôt montagneux qui comporte plus de 250 îles... on n'a pas fini d'en voir le bout !

IMG_8171

 

Posté par cecile monnot à 14:41 - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 septembre 2017

Les parents d'élèves expatriés

Après le top 10 des phrases qui énervent les expatriés, un petit tour du côté de nos parents d'élèves, tellement vrai, ah ah !!!

"L’avez-vous remarqué ? L’école vient en première place des sujets de conversation favoris des Mamans Expat’s. Puisque l'on est entre femmes, on peut bien le reconnaître : nos hommes ne sont pas aussi pointus que nous sur le sujet. Avez-vous également noté que le monde de l’école et celui des parents sont un peu comme la RDA et la RFA juste après la chute du mur ? Il y a bien des protestations d’amitié, des tentatives de collaboration, des copinages risqués, mais au fond... on se méfie un peu et de part et d’autre, on se surveille !

Je connais mon sujet : l’école c’est toute ma vie.

J’y pense tout le temps, et ça commence à prendre pas mal de place sur mon CV avec 4 établissements français à l’étranger et pas mal de bahuts en France.

Mais - que cela reste entre nous - je suis aussi une taupe ! J’ai été une sorte d’agent double durant une petite année, infiltrant l’air de rien les parents d’élèves, allant même jusqu’à les représenter dans une association. Puis tranquillement, j’ai retourné ma veste et viré à l’ennemi sans prévenir : j’ai retrouvé mon métier de toujours, le seul que je sache faire, mais que je me targue d’exercer correctement : prof des écoles, maîtresse, instit’...

Des anecdotes sur les parents, vous vous doutez bien qu’il s’en échange pas mal à la cantine.

C’est de bonne guerre, non ? Pendant que vous nous éreintez au cours de cartonnage ou au café rencontres, nous on échange aussi !

Au-dedans, on a nos célébrités. Les enquiquineurs patentés qu’on se refile de classe en classe en faisant un roulement pour que ce soit juste. Les parents "bons plans", toujours prêts à aider. Ceux qui débordent d’idées mais avec qui on va garder une saine distance car on sent l’invasion possible. Les agressifs, qu’on ne reçoit jamais seule si on est une femme. Les agitateurs, les confiants, les à bout, les déprimés...

En 25 ans de métier, et avec 5 enfants, j’ai reçu pas mal de parents mais aussi vu bon nombre de profs... J’essaie depuis peu de prendre un peu de recul et de regarder de loin cette question des relations parents/ école. Elle m’amuse et m’intéresse à la fois. 

Me voici donc parendélèvologue d’un jour.

Et comme tout bon chercheur, je catégorise :

La Mum en break professionnel N°1 

Avant d’être expat, elle bossait comme une folle. Son enfant, elle ne l’a pas vu grandir entre crèche et nounou... et voilà qu’elle se retrouve femme au foyer, pas tellement habituée au temps libre ni à la maison.

Cette expatriation tombe à pic pour recentrer un peu ses priorités. C’est décidé, elle sera une mère pro ! Elle est à toutes les réunions, boit toutes vos paroles et n’en oublie aucune. Elle pose plein de questions, prend un rendez-vous par mois et regarde tous les cahiers à la loupe. Certes, elle vous respecte, mais vous fait sentir que vous n’avez pas la même culture. Ex DRH, on sent qu’elle meurt d’envie de vous réorganiser l’équipe pédagogique. Et elle vous dit sur le ton de la confidence qu’elle a halluciné en voyant l’organigramme dément de l’établissement.

Pragmatique, elle admet que ça n’explique pas le 3 en math de Gédéon. Mais aussitôt, elle vous avoue, piteuse, que si Gédéon a failli c’est à cause d’elle. Parce qu’elle a eu une réunion de l’Association de parents d’élèves la veille de l’interro. L’idée que Gédéon ait pu avoir une petite faiblesse est exclue. Gédéon, c’est elle, la carne de su carne, le 3 en math, c’est elle aussi ! D’ailleurs, c’est décidé, elle annule le WE entre amis prévu car il y a contrôle d’histoire le lundi suivant. Et franchement, ce n’est pas très raisonnable : Gédéon est quand même en CM1 !

La Mum en break professionnel N°2 

Avant d’être expat’, elle bossait comme une folle, elle aussi... Son enfant, du coup, il est habitué à se débrouiller seul. Et il est devenu super autonome, pas comme tous ces gosses d’expat’s assistés. Elle, elle est bien décidée à prendre du temps pour que l’artiste qui sommeille en elle sorte de sa léthargie.

Alors, les réunions, elle les zappe ("quand t’en as fait une tu les as toutes faites..."). Les rendez vous elle les oublie ou les annule au dernier moment (la prof de sculpture n’a pas pu décaler le cours...). Elle n’est jamais à l’heure et est persuadée que personne ne s’en rend compte. Quand, par bonheur, vous avez réussi à la coincer pour évoquer les 3 en maths répétés de Gudule, le contrôle non signé et les cahiers oubliés, elle vous explique avec autorité que, ex-DRH, elle est convaincue qu’on n'apprend que de ses erreurs. Et que c’est justement ce que Gudule expérimente. Elle ajoute que Gudule manquera une semaine car elle l’emmène à un séminaire sur la céramique en province.

Le père ado rebelle

Il a eu lui-même un passé douloureux avec l’école et il lui reste des comptes non soldés. Quand vous lui expliquez avec moult précautions que son Gaston peut exprimer sa créativité et révéler sa personnalité autrement qu’en scalpant ses petits camarades, il prend ça pour lui. Il vous regarde d’un air narquois : pas étonnant qu’avec des éducateurs comme vous, les mômes aient envie de se rebeller. 

Lui-même, les notes ça l’a toujours rendu agressif et les profs. Il les met dans le même sac que les flics alors vos conseils et vos remarques, il s’en tape comme de l’an 40. Et il vous le dit. Il ne vous demande qu’une chose, c’est de ne pas "brimer" son Gaston.

Les parents psy

Ils ont lu tout Dolto, ils militent contre Naouri qui est vraiment trop simpliste, et ils problématisent tout.

Vous dites "énoncés", "lecture de consignes", "goût de l’effort et du travail bien fait". Ils vous répondent : "construction de soi", "self estime","self confidence"... (ils ont lu en anglais aussi pour être sûrs de ne rien rater). Vous pensez qu’une réponse éducative serait dans un premier temps suffisante. Vous vous gardez bien de le dire car on ne vous paye pas pour ça. Mais vous voyez bien que pour faire apprendre les tables de multiplications, il vont prendre conseil auprès du psy.

Les parents d’un génie

Vous ne connaissiez pas encore Gertrude mais avant son arrivée, vous aviez déjà un mail de 2 pages de son père vous expliquant que ça ne collerait dans votre système. Car Gertrude est probablement surdouée.

Le mail vous offre également le mode d’emploi de Gertrude, les aménagements qu’il faudra prévoir. Ordinateur au lieu de crayon -la précocité gêne Gertrude dans son graphisme. Place particulière dans la classe - Gertrude a du mal à se concentrer... Depuis 25 ans, vous traînez vos guêtres dans toutes les écoles de la planète, des enfants précoces, des vrais, vous en avez rencontré et vous commencez à en connaître un peu le profil. Gertrude ne vous semble pas correspondre. Mais bon, vous gardez ça pour vous...

Les parents de la "bonne école" 

Quand ils sont arrivés chez vous, leurs enfants venaient d’une "bonne école" et de retour à Paris, ils retourneront dans une "bonne école". (Une bonne école est implicitement située à Paris !)

D’ailleurs, eux-mêmes ont grandi dans de bonnes écoles. Çà ne se voit peut-être pas à l’orthographe des billets qu’ils vous envoient pour excuser l’absence de Genièvre. Mais pour le reste, ils sont au top. Ils vous demandent juste de ne pas trop harasser Genièvre dans les bulletins car le sésame de la bonne école, c’est le carnet de notes, bonnes de préférences. Là, c’est vous le chef : vous prenez donc l’avantage et en profitez pour vous renseigner perfidement sur les critères de "bonnécolitude". La réponse vous permet en général de passer un bon moment avec vos collègues (qui ont aussi mauvais esprit que vous) à la cantine.

Les parents nostalgiques

Ils recherchent une sorte d’imagerie scolaire d’Epinal, blouses grises, vieux cuir et encriers.

Ils viendront tout émus vous remercier dès que vous donnerez une poésie de Victor Hugo, dès que vous prononcerez les mots méthode syllabique, dictée et copie... Si en plus vous pouvez ajouter un petit classement des élèves pour accompagner la remise des bulletins, ils vous mangeront dans la main ! Le parent nostalgique est en général un gentil, émotif, prêt à se mettre en quatre pour aider la classe. Si lors d’un dîner en ville avec des nostalgiques, vous glissez l’air de rien que vous avez connu jadis l’école publique et la cité des Tarterêts, vous ferez votre petit effet. On vous regardera avec des yeux écarquillés, voire admiratifs, comme si vous arriviez tout droit d’une mission hyper dangereuse.

Le parent sécuritaire et angoissé 

Quand il accompagne Géronimo à l’école, il se sent coupable de le laisser dans un environnement si hostile. 

Il a étudié le profil accidentologique des trottinettes et des cordes à sauter, a mesuré la hauteur des marches des escaliers. Il observe avec un air catastrophé les petits copains qui chahutent dans la cour au péril de leur vie... Et il vous plaint de travailler dans un milieu si terrible et bombarde l’association de parents de mails comminatoires pour qu’on fasse changer le tapis et qu’on analyse l’eau. Il est bien sûr inscrit à la cellule "cantine", et participe activement à toutes les commissions d’ hygiène et de sécurité... En pleine épidémie de grippe A, Géronimo arrive avec un sac entier d’ustensiles de nettoyage et de dératisation !

Le parent pressé 

Il veut que Gilbert soit « challengé », qu’il ne s’ennuie pas en classe, qu’il ne perde pas son temps. Et logiquement, la réponse attendue c’est l’année d’avance.

Vous objectez que les sinus et les cosinus, vous n’avez rien contre, mais que pour Gilbert, les priorités des priorités c’est d’apprendre à demander pour faire pipi et de savoir enfiler son manteau tout seul. Accessoirement de se servir d’un crayon pour écrire et non pour pilonner la table. Son père vous attend au tournant avec sa propre biographie comme argument majeur . Une histoire de classe prépa, de mononucléose et d’année d’avance salutaire pour "cuber" sans dommage... Vous regardez alors Gilbert et vous réalisez qu’à 4 ans, son avenir se dessine déjà en classe prépa avec une forte probabilité de longue maladie. Courage petit Gilbert ! Il va falloir te montrer à la hauteur !

Le parent "antidécadent" 

Il est rare, mais je l’ai rencontré. Il voit en tout enseignant un agitateur professionnel, doublé d’un dangereux révolutionnaire marxisto- léninisto -grévisto-écolo, symbole et responsable du relâchement des mœurs actuelles.

En fait votre seule présence l’agresse à priori. Il n’aime pas vos vacances, votre hiérarchie, votre "absence de culture du résultat" (sic) votre relativisme et votre pédagogisme.

Les parents profs  

Ils ont toujours un air sympa et entendu du genre "vous et moi on se comprend, on est du même sang".

A la réunion de parents, ils se taisent, respectueux. Ils attendront le lendemain pour venir vous poser des questions techniques dignes de votre inspecteur. Le problème avec le parent prof, c’est qu’il repère vite vos faiblesses pédagogiques, les vraies. Quand Gérault apprend ses premières multiplications, c’est sans malice qu’il laisse échapper des remarques déstabilisantes : "Mon papa il était étonné qu’on n’ ait pas d’abord fait comme ci et comme ça..." Le parent prof, fort de son expérience, a bâti un ensemble de règles qui s’appliquent à tous sauf à Gérault : la ponctualité, la signature des cahiers, l’exigence... Ça ne l’empêche pas de repérer un cours mal préparé et d’en "plaisanter" avec vous. Le parent prof est notre hantise à tous !

Et pour faire bonne mesure, sachez que je suis moi-même un beau mélange d’au moins quatre catégories... ça relativise. Et malgré les apparences, ça me donne une grande tendresse et une grande indulgence pour les parents, toutes catégories confondues !"

                       

                   Germaine-Gisèle, prof et parent d’élèves, expatriée

 

Tout ce qu'elle a écrit, c'est vrai, on a tous les ans des parents comme ça, et surtout ici, dans ce milieu privilégié.

Mais je dois avouer qu'en ce qui me concerne, j'ai dans l'ensemble des parents d'élèves supers !!! Exigeants, mais confiants, et pas mal de fêtards avec lesquels on trinque de temps en temps, chouette !

Mardi c'était ma réunion de rentrée avec eux. A la fin de ma présentation, des applaudissements. Y'a qu'en Chine qu'on voit ça ! Ca me sera vraiment dur de dire au revoir à ces parents-là.

Posté par cecile monnot à 13:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 septembre 2017

Top 10 des phrases qui énervent les expats en vacances

Une nouvelle fois, un petit article récupéré sur le site de Femmexpat, qui m'a bien fait sourire, donc je partage. Article qui date de début juillet, et que je ne lis que maintenant... bah oui, même si j'suis tout le temps en vacances, j'ai pas le temps de lire moi !

Article pas complèment vrai dans notre situation à nous, mais pas totalement faux non plus, vu ce qu'on entend chez les copains, ah ah !

 

"Ca y est Femme Expat, te voilà en vacances en France pour quelques semaines ! T'as ramené des cadeaux pour tout le monde. [Ah non pas moi, pas sûre que ça plaise tant que ça les cadeaux chinois]. Les potes, la famille... Tu vas retrouver ta France à toi. Et puis, au détour d'un barbecue ou d'un apéro, arrive la phrase qui tue. Petite compilation de 10 phrases qui énervent les expats."

#1 Mais tu fais quoi de tes journées ?

Qui : A peu près tout le monde

Ton point de vue : Ben, en fait, tu apprends une nouvelle langue. Tu découvres une nouvelle culture. Et tu as plein de projets en tête ! Mais vu de loin, c’est vrai, ça se voit peut-être moins bien. Offre-leur une loupe ou un télescope !

#2 Tu ne restes vraiment pas longtemps…

Qui : Tous ceux que tu vas voir pendant les vacances. De Mamie Odette à ta copine Marion.

Ton point de vue : Toi, t’as juste l’impression de vivre un marathon pour réussir à voir tout le monde. Un mois en France entre la Normandie et la Gironde, c’est sûr, t’as pas trop le temps de poser tes valises. Mais au moins t’es passée les voir non ?

#3 De toute façon, c’est toi qui l’as voulu !

Qui : Ceux à qui tu confies tes états d’âme d’expat.

Ton point de vue : T’as choisi de partir, c’est vrai. Mais c’est pas une raison pour imaginer qu’en expat, la vie est un long fleuve tranquille. Un peu d’empathie et de compassion, ça n’a jamais tué personne ! L’expat, même mûrement réfléchie, n’est pas un sésame universel pour le bonheur absolu.

#4 Toi, ça va, tu peux te le permettre, t’es expat.

Qui : Ta copine Cécile ou l’oncle Robert, persuadés que les expats ont un pactole bien planqué dans leurs valises.

Ton point de vue : Comme t’as arrêté de bosser pour suivre chéri-bibi à l’autre bout du monde (ou inversement, mais dans seulement 10% des cas), vos revenus ont carrément baissé (et oui, le salaire de chéri-bibi ne couvre pas la perte du tien). Donc pour le pactole de l’expat, on repassera. Mais c’est sûr qu’en qualité de vie, on y gagne souvent !

#5 Ca va, t’as pas perdu l’habitude de faire la vaisselle ?

Qui : Ta belle-mère, en rigolant (enfin qui sait…)

Ton point de vue : En l’occurrence, toi tu vis dans un pays où tu n’as pas d’aide à la maison. Mais quand bien même, si tu as de l’aide, est-ce que tu t’en priverais juste pour éviter cette petite phrase assassine ? Profite ! Et la vaisselle, pendant les vacances en famille, c’est chacun son tour.

#6 Je ne vais pas pouvoir venir, tu comprends, c’est l’heure de la sieste du bébé là.

Qui : Tes copains jeunes parents.

Ton point de vue : Tu t’es levée à 4h du matin pour être à l’aéroport deux heures avant le décollage de ton avion long-courrier. Tu as ton – ou tes – enfant(s) dans les bras. Le petit n’a pas fermé l’œil pendant les six heures de vol. Il s’est endormi 20 minutes avant l’atterrissage. T’as donc dû le réveiller. T’as mis une heure à récupérer ta poussette à l’arrivée. Et il te manque la valise avec la brosse à dent de la grande. Shiva in the Air, c'est toi. Mais oui, tu comprends, c’est l’heure de la sieste. D’ailleurs, tu vas aller dormir un peu. Puisque c’est si compliqué de traverser Paris ou d’aller à l’autre bout du département…

Mais c’est toi qui l’a voulue, cette vie d’expat, rappelle-toi (#3) !

#7 Toi, t’es toujours en vacances de toute façon

Qui : Le vieux pote Nicolas, un peu jaloux de tes photos exotiques.

Ton point de vue : Oui, tu vis dans un pays au soleil, avec la plage au bout de la ligne de bus et t’es bronzée toute l’année. Mais c’est pas pour ça que c’est les vacances tous les jours ! Parce que monter ton projet pro à l’étranger, c’est enthousiasmant, certes. Par contre, c’est loin d’être reposant…

Mais ça, Nicolas n’arrive pas à l’imaginer (#1) !

#8 Allez, je te ressers. C’est pas tous les jours que tu manges ça !

Qui : Ceux qui te préparent un bon repas bien français.

Ton point de vue : Miam, de la bonne charcuterie, de la viande bleue, un magret de canard et un vrai plateau de fromages qui puent ! Mais là, vraiment, t’en peux plus. C’est pas parce que t’es partie vivre à l’étranger que ton estomac est devenu élastique. Donc non, tu ne finiras pas tous les plats sous prétexte que tu n’en manges plus tous les jours. Même si Air Machin ne compte pas le surpoids corporel entre l’aller et le retour pour tes vacances en France. Tu mettras plutôt quelques conserves dans tes valises (en faisant attention au poids… de ta valise !).

#9 Ha ça, c’est sûr, nous on ne parle que français !

Qui : Tous ceux qui ne parlent que français.

Ton point de vue : Et bien oui, il t’arrive de glisser des mots d’anglais ou d’espagnol dans tes phrases. Le syndrome Jean-Claude Van Damme, tu connais bien. Tes enfants sont bilingues ou trilingues. Mais vraiment, est-ce si pénible pour les autres ? Après tout, ça donne plutôt à tes visites un petit côté exotique.

#10 Ben oui, toi ça va, t’as du temps

Qui : Ta copine Nathalie qui rêve de s’inscrire dans une salle de sport. Ton cousin Sébastien qui cherche à caser un cours de yoga. Ou ta sœur Patricia qui se verrait bien faire de la peinture elle-aussi.

Ton point de vue : Note bien qu’en général, c’est la – ou le - même qui se demande ce que tu fais de tes journées (#1). Parce que, pour rien au monde, elle (ou lui) ne changerait de carrière. Et là, on ne parle même pas d’arrêter de bosser. Alors que t’aies le bonheur de prendre soin de toi, ou de te découvrir une passion, alors que t’es déjà en vacances toute l’année (#7), et que tu ne t’occupes même plus de ton ménage (#5), ça les agace un peu. Mais tout ce que t’as le sentiment d’avoir perdu, côté pro, ce que tu vis comme un sacrifice, ils n’en ont pas conscience.

Mais comment leur en vouloir ? La vie d’expat, il n’y a qu’en la vivant qu’on la connaît.

En plus, on la vit chacune à sa manière. Les raccourcis de la famille et des copains en France sur cette vie si loin d’eux (au propre et au figuré) sont des incontournables. Et pourtant, à chaque vacances, qu’est-ce qu’on est contentes de les voir !

 Oui, vivement cet hiver ! Si on rentre... tout dépendra de la fin de notre expatriation, juin 2018 ou plus tard...

Posté par cecile monnot à 15:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 septembre 2017

Avant la rentrée, quelques tours à l'Orient Express...

Demain, c'est la rentrée !

Et qui dit rentrée dit installation de Flo à HK puis pré-rentrée pour les profs... L'occasion pour notre Marie de passer quelques jours chez Bing et Jean-Marc, quatre en tout quand-même ! L'occasion surtout de créer une relation d'amitié avec leur fiston Charlie, d'avoir une expérience culturelle chinoise qu'elle n'a pas énormément avec nous, de parler anglais, super !

Au programme, ciné avec la marraine de Charlie, fête forraine avec la soeur de Bing - qui doit s'occuper du resto - rien que ça !

IMG_8045

IMG_8051IMG_8052

Des jeux au restaurant, un petit déjeuner chinois avec la mamie (maman de Bing) pas au goût de la puce ah ah ! Le steak frites c'est vachement meilleur !

IMG_8054

Et vendredi, direction l'école chinoise de Charlie puisque la rentrée des classes c'était le 1er septembre.

IMG_8050IMG_8047

IMG_8048

Bel uniforme, ça rigole pas là-bas !

IMG_8046IMG_8049

A notre tour de reprendre demain, de toute façon on est déjà dans le bain, friday dinner vendredi - avec dégustation des vins à choisir pour la carte de JM - sunday dinner ce soir pour le départ d'Edouard... c'est reparti pour une année scolaire !

IMG_8055IMG_8040

Posté par cecile monnot à 16:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 août 2017

21 ans de mariage

Nous avons profité de notre séjour à Hong Kong pour fêter notre anniversaire de mariage en amoureux le soir de l'installation de Florian.

IMG_7993

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes retournés chez Pierre Gagnaire, qui nous a offert un menu dégustation 4 plats (j'avais eu une intoxication alimentaire lors de notre dernier passage et ils ont été très pros) - EXCELLENTISSIME !!!

IMG_7994

IMG_7996

IMG_7995

 

 

 

 

IMG_7998

IMG_8006

IMG_8007

 

 

 

 

Pas de doute vu la qualité des produits et l'accueil, on y retournera !

IMG_8002

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pendant ce temps Marie se coule des jours heureux avec Charlie à l'Orient Express, 4 jours complets chez Bing et Jean-Marc, bien pratique en cette période de pré-rentrée ! J'espère qu'elle en profite pour consolider son chinois, à mon avis c'est plutôt Charlie qui améliore son français, c'est déjà pas mal !

IMG_8032

IMG_8033

 

 

 

 

 

 

 

Merci beaucoup à nos baby-sitters !

Posté par cecile monnot à 16:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]