Beaucoup de gens croient qu'Angkor est un temple ou une cité, alors que c'est un énorme parc archéologique dans lequel ont été bâtis de nombreuses cités et temples.

Jadis, Angkor, "ville royale" ou "capitale" était la partie sacrée d'un centre religieux et politique densément peuplé.

C'est Indravarman 1er qui est à l'origine de la fondation de l'empire d'Angkor (802 - 1431). Il a en effet fait bâtir le temple ancestral de Préah Koh en 879, puis le temple-Etat du Bakong en 881, à 13 km au sud-est de Siem Reap, près de l'actuelle Roluos.

carte-touristique-cambodge - escale Siem Reap

Ces premiers temples ont été le début d'une longue tradition perpétuée par les rois suivants, qui ont fait édifier en 200 ans de nombreux temples ancestraux, temples-Etat, temples hindous, capitales, palais... dédiés essentiellement à Shiva, Vishnou, ou Bouddha.

 

Pendant nos deux jours sur Siem Reap, nous avons fait le choix de visiter les temples suivants :

TEMPLES

ROI

BATI EN

FONCTION

DEDIE A

Bantéay Srei

Gouru de Jayavarman II

967

Temple hindou

Shiva

Baphuon

Udayadityavarman II

env. 1055-1066

Temple-Etat (Yasodharapura)

Shiva

Angkor Vat

Suryavarman II

début 12ème siècle

Temple-Etat / funéraire

Vishnou

Angkor Thom

Jayavarman VII

fin 12ème siècle

Capitale de Yasodharapura

 

Ta Prohm

Jayavarman VII

1186

Temple ancestral (mère)

Bouddha / Lokesvara

Préah Khan

Jayavarman VII

1191

Temple ancestral (père)

Bouddha / Pranjnaparamita

Bayon

Jayavarman VII

fin 12ème siècle - 13ème siècle 

Temple-Etat (Yasodharapura)

Bouddha 

L'idéal est bien-sûr de visiter le maximum de temples possible en suivant l'ordre chronologique de leur construction, mais cela, ce n'est possible que si l'on dispose d'une semaine au minimum. Angkor Vat et Angkor Thom, les plus célèbres, ne représentent qu'une partie des sites à découvrir, et ils suffisent à occuper à eux seuls une bonne semaine de vacances...Lorsqu'on n'a que deux à trois jours, on choisit selon ses envies, et surtout, selon une progression géographique bien définie.

Ci-dessous une carte du site :

70223492

Nous avons donc commencé notre périple avec :

1) ANGKOR THOM 

"grande ville", cité fortifiée s'étendant sur 200 hectares de forêt et renfermant d'impressionantes structures en pierre, religieuses ou royales. 

Nous y avons accédé par la porte sud, surmontée de quatre visages souriants ; la chaussée est entourée de statues de démons et de dieux ; en arrivant, on n'a encore rien vu, mais on se sent déjà très impressionnés par ce lieu unique.

porte sud d'Angkor Tom

 

 

 

porte sud 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tour porte sud Angkor Tom

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons visité en premier le Bayon : temple-Etat de Jayavarman VII aux multiples tours-visages, au centre d'Angkor Thom.

Bayon

 

Interieur Bayon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plat à l'origine, il s'est vu adjoindre trois terrasses par la suite. Après des siècles de transformations par les rois l'ayant occupé, il est devenu un véritable dédale de vestibules et de pièces.

Melanie Bayon

Florian Bayon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a réussi à se perdre au bout de cinq minutes, j'ai fini seule avec Florian et ai rejoint le reste de la troupe sous une pluie battante. Le pauvre Damien avec ses béquilles n'a pas pu voir grand-chose...

Bayon sous la pluie

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

Les tours-visage sont le signe distinctif du Bayon. Sur les 49 tours d'origine, il en reste 37, ornées chacune de quatre visages tournés vers chacun des points cardinaux.

2 visages Bayon

visage Bayon 

 

 

 

 

 

 

Les galeries sont décorées de bas reliefs très élaborés représentant diverses batailles et des scènes de la vie quotidienne (qui nous apprennent beaucoup sur le mode de vie de à l'époque).

bas reliefs Bayon

bas reliefs Bayon 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le Bayon, direction le Ta Promh, temple à plat édifié par Jayavarman VII en l'honneur de sa mère. Ce temple servait de monastère bouddhique.

porte Ta Prohm

 

entree Ta Promh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ta Prohm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De nos jours, il est complètement livré à la végétation. Les racines des arbres transpercent les murs de toutes part ; quand les arbres mourront, l'ensemble s'effondrera.

arbre Ta Prohm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arbre 2

arbre Ta Promh

 

 

 

 

 

Le Preah Khan, au beau milieu de la jungle, était quant à lui dédié au père de Jayavarman VII mais aussi à 515 personnes divinisées; il avait la même fonction que le Ta Prohm. Il hébergeait presque 88 000 habitants dont environ mille étudiants et mille danseuses. En arrivant devant ses portes, je ne sais pas pourquoi, je sens que je vais me sentir bien ici... ce grand espace me fascine. 

allee Preah Khan

entree Preah

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand on se trouve à l'intérieur, on ressent une étrange sensation en imaginant ce que pouvait être la vie autrefois dans ces enceintes. Comment faisaient-ils pour ne pas s'y perdre, pourquoi certaines pièces semblent-elles si petites, quel était leur usage ?

Preah Khan 2

Preah Khan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est sûr, la météo a contribué à rendre ce moment magique...

Nous deux Preah Khan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour terminer sur Angkor Thom, on a visité Le Baphuon, situé près du Bayon, temple-pyramide et temple-Etat vers 1050 qui représentait le mont Meru (résidence des dieux).

 

entree Baphuon

 

Baphuon de haut

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est l'une des plus grandes stuctures d'Angkor par la taille, mais il s'est écroulé sous son propre poids. Il comporte cinq niveaux. Le sanctuaire central - disparu - devait mesurer plus de 40 mètres ; aujourd'hui sa hauteur est de 24 mètres.

Baphuon dernier niveau

Baphuon centre

 

escalier Baphuon

 

 

 

 

 

 

 

 

interieur Baphuon

interieur

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1960, il a été démonté pour réparation en 300 000 pierres numérotées ; celles-ci devaient être remontées après les travaux, mais les plans de remontage ont été détruits par les khmers rouges ; c'est donc devenu un gigangesque puzzle dont il reste quelques pièces à terre.

Baphuon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De l'arrière on peut apercevoir les vestiges d'un bouddha couché ; il faut le savoir pour le voir (tête à gauche ; on voit surtout son nez).

Baphuon bouddha

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons ensuite enchainé avec 

2) ANGKOR VAT

Le "temple-ville" est le plus grand édifice religieux au monde ; sa superficie est d'environ 200 hectares également. C'est la structure la plus célèbre de l'ensemble. Il représente le mont Meru, résidence des dieux. C'est le seul temple d'Angkor orienté à l'ouest, tous les autres étant orientés à l'est.

Bâti au XIIème siècle, c'était le temple-Etat de Suryavarman II, qui l'a très probablement dédié au dieu hindou Vishnou ; il a été converti en monastère bouddhique au XIVème siècle.

Moines

Après la chute d'Angkor en 1431, la ville ne sera plus la capitale du pays mais continuera d'être habitée par des moines bouddhistes jusqu'à l'arrivée des khmers rouges.

La chaussée principale, qui enjambe la douve, et au fond le gopura ou "pavillon d'entrée" qui comporte une série d'entrées ; au milieu, celles réservées au roi et aux hauts dignitaires, et sur les côtés, non visible sur la photo, celle réservée au passage des éléphants.

chaussée principale

 

Angkor Vat pavillon entree

 

 

 

 

 

 

 

Statut de Vishnou à huit bras ; parmi les neak ta (esprits ancestraux), celui de Ta Reach , esprit royal d'une immense puissance, habiterait cette statue.

Vishnou

Passé le pavillon d'entrée, on aperçoit Les tours d'Angkor Vat et le bassin nord - qui est en fait tout petit ; on peut y voir le reflet des cinq tours du temple dans l'eau. Les tours, appelées Bakan, ne sont pas accessibles aux visiteurs.

reflet des tours

 

Nous 2 Angkor Vat

 

 

 

 

 

 

 

L'intérieur du complexe :

 

Angkor Vat interieur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des représentations d'apsara, danseuses célestes (il y en a environ 3000) ; elles diffèrent toutes par leur coiffure, leurs vêtements, leurs bijoux et leurs postures.

Apsaras

Apsaras 2

Angkor Vat danseuses

Angkor Vat danseuses bis

 

 

 

 

 

 

Galerie couverte de bas-reliefs. Ils illustrent des épopées hindous du Ramanaya et du Mahabharata, ainsi que l'armée de Suryavarman II.

 

angkor Vat galerie

 

Bas reliefs Angkor Vat

Bassins à ciel ouvert autrefois remplis d'eau.

Bassins

 

Et nous avons fini de visiter la région avec :

3) Le BANTEAY SREI

ou "citadelle des femmes" ; un peu éloigné de Siem Reap par rapport aux autres temples - environ 30 km.

Entrée Banteay Srei

 

Banteay entree

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un très beau temple hindou du Xème siècle sculpté dans du grès rose, ce qui, en plus de sa taille raisonnable, en fait sa particularité.

Banteay Srei

Allée Banteay Srei

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il comporte des bas-reliefs très raffinés et bien conservés. Ils ont été réalisés avec la même technique que la sculpture sur bois.

S1120062

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Banteay bas reliefs

Banteay bas reliefs bis

 

 

 

 

 

 

Avant de quitter le site, on a profité d'une petite balade en barque sur le lac de lotus.

Flo

 

Banteay lac

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la route du retour, on s'est arrêté au Musée de la Mine, fondé par un Cambodgien du nom d'Aki Ra, enlevé de sa famille à l'âge de 5 ans et élevé comme enfant soldat dans les différentes armées qui ont combattu au Cambodge des années 70 aux années 90.

Aki Ra

 

 

 

 

 

 

 

 

Soldat, il a posé des mines sans se rendre compte des ravages qu'elles allaient provoquer parmi les populations. Dans les années 90, il en a désamorcées pour les Nations Unies, puis pour une ONG française de déminage.

Voyant qu'il parvenait facilement à les désamorcer, il a décidé de se spécialiser dans le déminage, et en a retiré un peu partout dans les villages, gratuitement, à l'aide de simples outils faits maison (un baton et des tenailles), et les a entreposées chez lui. Les touristes ont peu à peu entendu parler de lui, ont visité sa maison, qui est devenue au fil du temps un véritable musée.

Musee de la Mine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée est complété par un Centre de secours, sorte d'orphelinat qui accueille une trentaine d'enfants victimes de mines anti personnel.

Enfants du musée

 

 

 

 

 

 

 

 

On estime à cent millions le nombre de mines enfouies à travers le monde. Le pays qui en compte le plus est l'Egypte ; l'Afghanistan compte le plus grand nombre de blessés.

Malgré la Convention d'interdiction des mines anti personnel signée en 1997, quelques pays continuent d'en employer, et d'en fabriquer. 

Mines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reste 5 millions de mines au Cambogde. La grande majorité ont été fournies par la Chine et la Russie, mais aussi par le Vietnam, les Etats Unis, l'Allemagne de l'est, la Bulgarie, le Cambodge et Singapour.

Un voyage qui nous aura montré en réel l'utilité de l'association "Handicap International"                                      pour laquelle je cotisais il y a quelques années.

PERIPLE AUTOUR D'ANGKOR - FIN, ENFIN !

Place dans quelques temps à Phnom Penh...