Notre guide francophone est venue nous chercher à la villa vers 10h. Nous sommes remontés vers le nord. Pendant le trajet, elle nous a parlé des traditions ancestrales de l’île. Nous avons appris qu’il y avait toujours un système de castes en vigueur, et qu’il n’existait que 4 noms de famille en tout et pour tout, correspondant aux 4 castes, à savoir le prêtre (qui a sa maison, sa femme et ses enfants), le roi (même si Bali est devenue une République il y a toujours une famille royale), les commerçants, et en dernier les travailleurs manuels. Dans la famille, le prénom est attribué en fonction du rang de naissance. Il existe 4 prénoms, de sorte que si un 5ème enfant naît il porte le prénom du 1er. Cela fait drôle d’entendre tout le monde être nommé de la même façon ! Les gens vivent en famille comme en Chine, toutes générations confondues. Les fils s’occupent de leurs parents vu qu’il n’y a ni retraite ni sécurité sociale, et les filles quittent le domicile lors de leur mariage pour rejoindre celui de la famille de leur époux. Il y a quelques années, les filles se mariaient aux alentours de 17 à 19 ans, et les garçons vers 20, 21 ans. De nos jours, c’est plutôt 25 ans pour les filles et 30 pour les garçons. Si la famille n’a pas de garçon, qui s’occupera des parents lorsqu’ils seront vieux ? Avant que cela n’arrive, les parents adoptent un garçon, de préférence qui soit déjà dans la famille, par exemple un neveu. Ce qui veut dire que cet enfant quittera sa propre famille pour être élevé par d’autres membres de sa famille plus éloignée. S’il n’y a pas de garçon dans la famille proche, il est possible d’adopter l’époux de sa fille. Cela est officiel, il y a une procédure à suivre. En cas de divorce (rares car bien réfléchis) le gendre peut conserver 50% du domicile de sa femme.

Du fait de cette organisation familiale, les habitations sont composées de plusieurs bâtiments. Chaque famille possède son propre temple, et chaque village en compte au minimum trois (pour honorer le dieu créateur, le dieu protecteur, le dieu destructeur et rénovateur).

P1140471P1140473

 

 

 

 

 

 

Nous avons pris conscience de l'importance des rites religieux en voyant au bord des routes des centaines de paniers d’osier décorés faisant office de dépôt d’offrandes pour les dieux. Je n’avais jamais vu cela, j’en suis restée bouche-bée. Nous avons également croisé de nombreuses processions.

P1140430P1140474

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons donc vu énormément de temples au cours de cette journée, et aussi les jours suivants ! Ce qui fait que le début de notre séjour a pris une tournure plutôt culturelle.

La guide nous a préparé un circuit plutôt bien rempli  pour cette première sortie :

- Passage dans le village de Batu Balan où de nombreuses statues de pierre jonchent le bord de la route.

P1140445P1140447

 

 

 

 

 

 

- Visite de la fabrique de statues de bois à Mas. Nous avons appris à reconnaître le bois provenant de Bali (crocodile, hibiscus et sante) et de l’extérieur de l'île (acajou et ébène). On nous a montré les différentes étapes de réalisation d’une statue puis nous avons visité l’exposition. Malheureusement les photos étaient interdites à l'intérieur mais ce qu’on a vu dehors était déjà bien original.

P1140460P1140463

 

 

 

 

 

 

- Déjeuner face au volcan Batur et au lac. Dans ce coin de Bali il y a trois volcans dont le petit est toujours en activité. En 1969 a eu lieu une irruption du plus grand, et vers 2003 ou 2004 le plus petit a émis des fumées.

P1140467P1140470

 

 

 

 

 

 

- Visite du temple Sebatu dans lequel nous avons du rentrer avec des paréos pour cacher nos jambes (sauf les enfants, encore purs, eux). Nous avons nourri les animaux et effectué des vœux au pied de la source sacrée.

 P1140476P1140490

 

 

 

 

 

 

P1140481P1140515

 

 

 

 

 

 

- Balade dans la rizière Tellalalang, la plus belle de Bali.

P1140528P1140535

 

 

 

 

 

 

- Dégustation de café, thé et chocolat au sein d'une plantation. Très bon et très joli !

P1140566P1140558

 

 

 

 

 

 

P1140557P1140549

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons goûté au caca café. Pourquoi ce nom ? parce qu’il est fabriqué à partir des déjections non digérées de mangoustes nourries au café ! assez surprenant… il a fallu faire abstraction de l’origine du produit pour le déguster… enfin moi je n'ai pas testé, j'ai laissé faire les gars !

P1140562P1140560P1140572

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous n’avons pas vu la journée passer…